jeudi 22 juin 2017

CRASH TEST : ZERO DEO EN PLEINE CANICULE

Oui, j'ai de drôles d'idées parfois. 

Je vais vous expliquer comment celle-ci m'est venue à l'esprit, elle n'était pas du tout prévue.

Parce que moi, sans antiperspirant aux sels d'alu, je pue. Les trucs bio et consorts, là, au secours. Alors pas de déodorant du tout, vous imaginez ?? Ça ne m'est pas arrivé depuis la 4ème B.

Le seul déodorant sans sel d'aluminium qui m’aie convenu c'était le DayDry. Sauf que je sais vus vos retours depuis que je vous l'ai conseillé qu'il ne fonctionne pas sur tout le monde.

Maintenant, attention.🤚
Si vous n'êtes pas prêts à lire un sujet tout sauf glamour, qui parle épilation des aisselles, population bactérienne et odeurs de dessous-de bras, arrêtez la lecture ici et revenez au prochain article. 
Vous êtes prévenus.

(cette photo me fait beaucoup rire, je n'en connais pas l'auteur...)

La semaine dernière, je me suis épilé les aisselles à la cire chaude. Oui, je fais ça, oui, j'ai le courage. C'est quand même mieux que le rasoir : non seulement ça dure plus longtemps, mais en plus un pore sans poil est naturellement resserré et on transpire moins.

Habituellement je m'épile les aisselles le soir, pour éviter d'appliquer un déodorant sur peau tout juste lésée (vous saurez tout de ma vie...). Non pas que j'ai peur des sels d'alu (d'ailleurs j'ai encore lu récemment un article qui  montrait qu'une énième étude qui les mettait en question était encore une fois non scientifiquement recevable) (bien sûr je ne sais plus où j'ai lu ça donc impossible de vous donner la source) (je conviens que tout cela n'est pas très sérieux), bref, j'ai perdu le fil de ma pensée mais donc je ne sais pourquoi, je me suis épilé les aisselles le matin, et j'ai hésité à mettre du déo, et je me suis dit allez, bon, on essaye sans, on verra bien, je n'en mourrai pas, et ma réputation non plus si je ne sens mauvais qu'une seule fois dans ma vie.

J'ai donc vaqué à mes occupations dans la journée : métro, boulot, je ne sais plus quoi d'autre, et figurez-vous que même en fin de journée, je sentais encore la rosée. En tous cas pas loin. En tous cas je sentais bien moins mauvais que quand j'utilise un déodorant sans sel d'alu. Parce que ces déodorants n'empêchent pas de transpirer, ils désinfectent un peu, en général avec de l'alcool (c'est pour cela qu'on les déconseille sur aisselles épilées), et tentent de masquer les odeurs avec un parfum. Contrairement aux antiperspirants (avec sels d'alu, donc), qui limitent vraiment le flux de transpiration.

Je précise que la transpiration elle-même ne sent pas mauvais, c'est quand elle dégradée par les bactéries présentes sous les aisselles qu'elle devient âcre. Ces bactéries dégradent aussi les composants du parfum, et là, en fonction de votre propre population bactérienne et de la composition du parfum du déo, les odeurs varient à l'infini et la plupart du temps ne sont pas très agréables. En tous cas, mes bactéries à moi elles transforment les parfums en odeur insoutenable. D'où mon addiction aux sels d’aluminium qui me laissent les aisselles fraîches.

Donc.

J'ai encore perdu le fil, pardon, c'est la canicule, mon cerveau est cuit.

Donc oui, le 1er soir, pas d'odeur de transpiration. Pourtant j'avais pas mal marché, il faisait assez chaud...

Je me dis donc tiens, je sens moins mauvais qu'avec un déo sans sel d'alu, tentons un crash test "1 semaine sans déodorant".

Le lendemain, donc, rebelote : zéro déo. Et odeur de fin de journée tout à fait convenable.

Fin de 3ème journée les aisselles nues : ça sent un peu. En fait ça a même commencé à sentir dans l'après-midi, discrètement mais quand même, j'avais peur que des gens autour de moi s'en aperçoivent.

4ème jour : état de grâce terminé, je déclare forfait, je me jette sur mon déo aux sels d'alu dès le milieu de la journée. Je note cependant qu'une odeur de transpiration non polluée par du parfum sent vaguement meilleur qu'une odeur de parfum de déo dégradée. En tous cas chez moi.

Hypothèses sur cette expérience : il est probable que les 2-3 premiers jours, l'arrachage de poils ait permis à la fois de réduire la population bactérienne (restée collée sur la cire) et le flux de transpiration (resserage des bulbes pileux) responsables à eux deux des mauvaises odeurs. Mais rapidement, les bactéries sont revenues (leur but dans la vie étant de vous coloniser),  d'autres poils naissants ont fait leur apparition (les poils ne poussent pas tous en même temps donc on ne peut pas les arracher d'un coup et être tranquille plusieurs mois), et bim, retour à la case départ.

Je retiens de cette expérience que l'on peut se passer de déo à peu près 3 jours après arrachage de poils d'aisselles (probablement un peu plus en hiver ?), mais c'est tout.

Ah et info capitale pour celles et ceux qui seraient quand même des flippés des sels d'aluminium (vous avez le droit, il y a une petite suspicion à leur sujet, même si bien sûr vous n'en tomberez pas malade ni n'en mourrez) (méfiez-vous plutôt des siphons à Chantilly), le Déodorant Minéral sans sel d'aluminium de Vichy est presque aussi efficace qu'un antiperspirant. Mais vraiment. Plus efficace que le DayDry. Si vous l'avez essayé ou allez l'essayer sur mes conseils, dites-moi ce que vous en pensez. Je crois qu'on tient un gagnant.

Sur ce, bonne fin de canicule à tous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 16 juin 2017

ORVEDA : IL SE PASSE QUELQUE CHOSE DANS LE SOIN DE LUXE...

J'ai rencontré Sue Y. Nabi il y a 2 ans je crois, ou un peu plus.

Si vous n'êtes pas de la Profession, son nom ne vous dit probablement rien. Ingénieur biochimiste, marketeuse et stratège, véritable "pépite" Loréalienne, Sue a notamment dirigé l'Oréal Paris et Lancôme. On s'attendait à ce qu'elle continue et termine sa carrière à la tête du géant mondial mais non, coup de théâtre : il y a 3 ans, elle quitte le Navire. 

Dans ce grand groupe aux contours un peu figés, Sue était un électron libre véritablement capable de faire bouger les lignes. Son crédo, c'est un peu "think outside the box", vous voyez ? Elle a par exemple recruté Jane Fonda pour représenter la gamme Age Perfect de l'Oréal Paris (avait-on déjà vu une égérie aussi (superbement) âgée ? et quelle personnalité !!) ou créé le parfum la Vie Est Belle, énorme succès de ces dernières années comme vous le savez. 

Pour ce genre de personnes à forte personnalité, le costume Loréalien est parfois trop étriqué. L'épanouissement ne peut être qu'ailleurs (comme la Vérité :)).

Quand je l'ai rencontrée, Sue m'avait dit qu'elle travaillait sur la création d'une marque de soin premium. Mais elle est très secrète et je n'en savais pas vraiment plus.

J'ai donc dû patienter.

Jusqu'à aujourd'hui !

Je viens de recevoir le faire-part : Orveda est née.


"Or" pour "origines", "veda" pour "ayurveda". 

Une gamme visage holistique, "new-age", "taoiste". 

"Bienveillante".

Des formules vegan "activatrices d'auto-réparation cutanée", mêlant remèdes ancestraux (extraits végétaux ayurvédiques) et actifs high-biotech (cocktail d'enzymes et de probiotiques).

Objectif : rééquilibrer la flore cutanée pour renforcer les défenses naturelles de la peau. Un peu comme si elle avait pris des cours de self-défense.

Résultat : du GLOW !

Et c'est ce que cherchent les hommes et les femmes aujourd'hui : de la lumière. Avoir l'air moins fatigué et redorer son aura plutôt que réduire telle ou telle ride. Des bénéfices aspirationnels plus que simplement rationnels. Nous n'avons pas envie de tricher au risque de ne plus nous reconnaître, non, nous voulons juste rester nous-même mais en mieux.


Avec Orveda, Sue Nabi ne compte pas réveiller que le teint mais aussi le marché du soin de luxe. Et il y a du boulot car celui-ci s'est bien reposé sur ses lauriers et ce n'est pas un hasard si aujourd'hui les femmes délaissent le soin sélectif pour un soin plus pharmaceutique, des formules plus naturelles et des marques de niche à forte personnalité.

Orveda, imaginée à Londres et conçue en France, est une gamme volontairement non genrée, composée de 18 (!!) produits de 90 à 350€. Elle sera distribuée en avant-première chez Harvey Nichols à Londres dès le mois de juillet.

Mon petit doigt me dit qu'Orveda ne sera pas une énième marque de soin émergente comme il y en a tant. Parce que Sue en est la fondatrice (je vous laisse la googliser si vous doutez de ses compétences). Et qu'il doit y avoir certains moyens derrière. D'ailleurs, l'objectif de chiffre d'affaire est de... 12 millions d'euros dès la 1ère année. Excusez du peu.

Je n'en sais pas plus pour le moment mais je compte bien mener mon enquête à la source :) et je vous tiendrai au courant quand Orveda arrivera dans nos contrées.

A suivre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 15 juin 2017

WHOOOOO ARE YOU, WHO WHO, WHO WHO ?

Aujourd'hui, chers lecteurs, c'est vous qui bossez !

J'ai en effet préparé un petit sondage pour en savoir plus sur vous et notamment vous, lecteurs de l'ombre dont je ne sais pas grand-chose.

Qui vous êtes, votre âge, votre métier, vos habitudes de consommation beauté, quand et comment vous avez découvert (dé)maquillages...

La dernière fois que je vous ai interrogés, c'était en octobre 2010 ! J'avais partagé les résultats du sondage avec vous ici

Vous avez un peu changé, depuis.

Certains ont pris 7 ans et demi (et d'après mes pré-statistiques, la moyenne d'âge a pris presque 5 ans !). D'autres ne connaissaient même pas (dé)maquillages. Ou ne lisaient pas de blogs. Ou n'étaient pas nés ?

Vous me faites plaisir et allez répondre aux petites questions ? 😀

Merci, c'est par ici.

('Cause I really want to know who are you, so tell me who are you !)
(et pardon pour la fin du questionnaire, mon cerveau s'est liquéfié à la chaleur, il ne sait plus très bien ce qu'il écrit)


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 14 juin 2017

MA 1ERE DERMACENTER PARTY !

J’ai fait un "meet-up".

Ouais, comme Enjoy Phoenix.

Je ne l’avais pas perçu comme cela mais quand je ne sais plus quelle copine (Ninie ?) (edit : non, Marjo !! :)) m’a demandé « au fait, c’est quand ton meet-up ? », j’ai réalisé que oui, ma petite Dermacenter Party était une sorte de "meet-up". Sauf qu’on ne m’a pas offert de peluche, ni crié mon nom (« démaquillaaaaaaaages !!! »), ni fait la queue pour me demander un autographe.

Jeudi dernier, vous fûtes 8 à (re)découvrir avec moi le Dermacenter, l’espace diagnostic / boutique réunissant Vichy, la Roche Posay, Sanoflore, Skinceuticals et Roger & Gallet. 


Au programme : 
  • diagnostic de peau ultra-poussé avec le Visia (la machine qui sans aucun filtre met le doigt sur toutes tes imperfections cutanées, moment difficile à passer mais que l’on ne regrette jamais car il vaut mieux vivre dans le savoir et savoir comment réagir que dans l’ignorance ou le déni, non ?), 
  • conseils personnalisés avec la pharmacienne et les esthéticiennes Dermacenter, 
  • maquillage sur-mesure,
  • petits fours & champagne,
  • rencontre avec votre serviteuse qui a dû prendre un peu sur elle tant elle n’aime pas être placée dans la lumière mais qui a tout de même noté et apprécié la bienveillance, l’intelligence, la sympathie et la beauté absolue de ses lecteurs -– même si elle n’en doutait pas - ne changez rien.

J’avais déjà écrit un article sur ma propre expérience Dermacenter l’année dernière ici, et je n’ai pas changé d’avis : je vous conseille vivement d’aller y faire un tour, d’une part parce que vous pouvez faire un diagnostic gratuit, d’autre part parce que vous y trouverez les gammes citées plus haut au complet (ce qui est rarement le cas dans une pharmacie), avec en plus les conseils d’un staff qui les connaît par cœur. Je vous conseille par contre de prendre RV si vous voulez faire le diagnostic, car il a son petit succès…

Mes invités (oui, au masculin - il en suffit d'un) ont également apprécié.
Rébecca :
« Le diagnostic Visia a totalement changé ma vision de ma peau. Je m'explique. Depuis 5 ans, j'avais l'impression que ma peau était mixte : sèche sur les tempes et les joues, front qui brille rapidement et imperfections sur la zone T, avec en bonus de l'acné sur le menton du style gros boutons sous la peau qui donnent de beaux cratères quand on est incapable de les laisser tranquilles (comme moi :-)). J'ai essayé moult produits anti-imperfection suivis de toutes les crèmes cicatrisantes possibles et on ne peut pas dire que c’était une grande réussite. 
La personne du Dermacenter a noté toutes ces données, et une fois passée au crible de la machine, surprise : j'ai une peau SÈCHE, seulement sèche, avec des imperfection dues aux bactéries de la vie quotidienne qui s'accentuent car j'agresse trop ma peau avec mes produits. Sinon pas de pores visibles (si si, c'est la machine qui le dit), pas de tache de soleil (alors que je suis un vrai tournesol, toujours à faire la crêpe à la plage), pas de rougeur à venir (sauf autour de mon menton endommagé) et quelques ridules de déshydratation autour des yeux (à 27 ans je ne suis pas encore très consciencieuse sur le CDY...). 
J’étais assez contente du résultat et mon "ordonnance beauté" est totalement tournée vers des produits hydratants (ça je faisais déjà) et apaisants (grande nouveauté !). On arrête les grands nettoyages, gommages et autres. J'ai donc démarré depuis quelques jours une nouvelle routine à base de : 
  • Serum phytocorrective de Skinceutical
  • Serozinc de La Roche Posay (le seul truc purifiant autorisé)
  • Cicaplast B5 de La Roche Pposay sur tout le visage (en guise de crème de jour)
  • Dermo nettoyant Toleriance de La Roche Posay
  • Toleriance nuit de La Roche Posay
Et... effet placebo ou pas, je vois déjà une belle amélioration, alors je vais continuer et je vous tiendrai au courant. Seul petit "regret", elles avaient l'air anti-acides/AHA chez Dermacenter et j'aurai bien voulu voir ce que donnait la lotion Idealia Peeling Nuit Vichy sur ma zone T. En même temps, on m'a dit d’arrêter d'agresser ma peau... »
Agnès :
« J'étais très impatiente de tester le diagnostic Visia, pour avoir lu pas mal de choses dessus ! L'image de ma peau m'a semblé moins horrible que ce qu'on avait pu m'annoncer, par contre le diagnostic est sans pitié sur des points que je ne m'imaginais pas comme problématiques. J'ai ainsi appris que j'avais plein de taches déjà sorties ou prêtes à faire leur apparition et  un capital solaire à bout de souffle. Bon, être rousse avec taches de rousseur ne joue pas en ma faveur coté protection solaire. A surveiller aussi : l'oxydation et le nettoyage pas adapté à ma peau.  
L'esthéticienne était charmante, et j'ai beaucoup apprécié qu'elle essaie d'utiliser au maximum les produits déjà existants de ma routine avant de les jeter (contour des yeux à mettre aussi le soir pour voir s'il faut suffisamment d'effet, terminer mon sérum anti-âge, utiliser ma crème de jour le soir afin de basculer sur une crème avec filtre solaire le jour - elle a été intransigeante sur ce point !). 
J'ai également apprécié qu'elle "tape" dans les différentes gammes pour me prescrire ma routine, ce qui fait que même si le sérum  prescrit est effectivement cher, mes autres produits ne le sont pas, ce qui fait une routine tout à fait dans mon budget. Je fais tout comme on m'a dit depuis, et j'espère que j'aurai les résultats attendus... RV à la rentrée. »

Merci au gratin des lecteurs Sylvie, Sylvie, Agnès, Christine, Julien, Maïssa, Laurence et Rebecca, j’ai été ravie de vous (re)rencontrer. Merci aux papesses de la presse Olivia, Marie-Hélène, Catherine, Françoise et Jessica pour l’organisation. Merci aux adorables petites abeilles du Dermacenter. Merci à mes parents, ma sœur, Hiver le Chat...
(#Minute7D'Or)

Et comme j’ai envie de renouveler l’expérience, je vous donne RV à la rentrée pour un nouveau "meet-up" (je ne m’en remets pas ^^) d’un autre genre, avec une marque de makeup pas tout à fait comme les autres. Et je crois que j’en ferai régulièrement, ça me plaît ces petits formats plein de contenu qui vous (nous) sont à la fois agréables et utiles.

Stay tuned comme on dit aux Amériques... 
Dermacenter
13 rue des Francs Bourgeois, Paris
du mardi au dimanche de 11h à 19h
Tél : 01 40 33 06 33
[Partenariat]

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 11 juin 2017

THE BODY SHOP CHANGE DE MAINS

Vous le saviez peut-être, The Body Shop appartient à L'Oréal depuis une dizaine d'années. Sa créatrice à forte personnalité et non moins fortes convictions, Anita Roddick, l'avait vendue juste avant son décès.

Depuis, si la marque se vend pas trop mal, ses performances ne sont pas à la hauteur des autres marques du groupe, et cela faisait quelques temps déjà que l'on savait qu'elle n'allait plus y faire long feu.


Et ça y est, c'est fait : L'Oréal a cédé The Body Shop à Natura Cosmeticos, vous savez, ce géant brésilien, l'équivalent loréalien en Amérique du Sud, assez peu connu dans nos contrées, et qui possède la marque Natura Brasil que j'aime beaucoup et dont je vous ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

Je n'évoque pas souvent les "mercatos" de la beauté sauf quand ils m'interpellent d'une manière ou d'une autre. Par exemple ici quand la très parisienne Bourjois avait été cédée par Chanel à l'américain Coty (-_-) (d'ailleurs je trouve que la marque a beaucoup perdu en attractivité depuis, non ?) (ou ne suis-je pas objetcive ?).

Là j'avais envie de vous en toucher un mot, déjà parce que la marque The Body Shop me semble vraiment emblématique, ensuite parce que L'Oréal ne lâche pas souvent des marques, et surtout parce que je trouve que ce rachat fait sens, et je le trouve même assez idéal car Natura et The Body Shop partagent les mêmes valeurs depuis leur création.


Anita Roddick et le créateur de Natura Cosmeticos, Antonio Luiz Seabra, ont en effet lancé leur marque à peu près en même temps (1976 et 1969) et dès leurs débuts ils se sont inscrits dans le développement durable : valorisation d'ingrédients végétaux, commerce équitable, engagement contre les tests sur animaux, bienveillance... (vieil article à relire ici à ce propos)

Natura possède déjà 65% du capital de la jolie marque australienne Aesop, et le rachat (... pour 1 milliard de dollars !) de The Body Shop en fait à mes yeux un groupe plus désirable encore.

Quelle sera la prochaine marque rachetée par Natura ? On lance les paris en commentaire ? :)

Rendez-vous sur Hellocoton !